Manifeste

Manifeste de YOONU ASKAN WI
Mouvement pour l’Autonomie Populaire
  

DE LA CRISE DE PERSPECTIVE
DE AND-JËF/ PADS A L’EXIGENCE
D’UNE ALTERNATIVE CONTEMPORAINE
SUR LA VOIE DE LAUTONOMIE POPULAIRE
 

(EXTRAITS)
YOONU ASKAN WI ou la voie de l'autonomie populaire :
DE LA CRISE DE PERSPECTIVE DE AND-JËF / PADS A L'EXIGENCE D'UNE NOUVELLE ALTERNATIVE
Synthèse d'une somme d'expériences, ce Manifeste participe d'un effort de
restitution et de partage d'une mémoire collective, comme moment pour une
meilleure saisie des nouvelles perspectives, et des tâches que celles-ci appellent.
En tant que Manifeste de YOONU ASKAN WI / Mouvement pour l'autonomie
populaire, il est tout naturel qu'il prenne pour repère et point d'appui l'expérience du
courant politique REENU REEW MI / AND-JËF, comme une sorte de cas d'école,
même si les questions qu'il pose, ou que se posent ses auteurs, interpellent toute la
gauche sénégalaise et africaine, voire mondiale. Sous ce rapport, la lutte menée par
Y.A.W. et ce Manifeste qui éclaire son chemin, (en tentant de répondre aux
questions: d'où venons nous ? Qui sommes nous ? Que voulons nous et comment
nous organiser pour atteindre nos objectifs ?), constituent une modeste contribution
et un prétexte à la relance d'un débat, d'une réflexion sur une nouvelle praxis
politique mobilisatrice, contemporaine et bien de chez nous. Nous renvoyons à la
version intégrale de ce Manifeste pour des développements détaillés relatifs aux
différentes problématiques esquissées ici.
Les camarades Aas DIA, Sam DIALLO, Laye MBAYE, Moustapha BA, Ndongo
DIAGNE, et tant d'autres camarades de notre courant comme du mouvement de
Gauche en général, nous ont laissé le témoignage d'une vie exemplaire qui résume
fort bien le projet à la base de notre engagement politique: se mettre au service de
notre peuple et à l'école de son génie créateur, contribuer à organiser et à élever la
conscience des masses pour leur propre émancipation. L'humus de la lutte sans
merci qui a opposé la jeunesse au néocolonialisme, dans la lancée de l'historique
mouvement de mai 68, constitua le terreau pour la germination du mouvement
Reenu Rééw Mi, sous l'impulsion duquel a été mis en place AND-JEF / XARE BI
dont le congrès constitutif a eu lieu en décembre 1974 à Mermoz, organisation
clandestine qui est devenue par la suite, sur le terrain légal, AND-JEF /Mouvement
Révolutionnaire pour la Démocratie Nouvelle en 1981, puis AND-JEF /Part Africain
pour la Démocratie et le Socialisme depuis décembre 1991.
Est il acceptable que tant d'engagement investi tout le long de ce parcours, tant de
sacrifices consentis, puissent être passés aujourd'hui simplement en pertes et
profits ? Le constat est là : le cours des évènements, depuis la participation à la
gestion du pouvoir de l'alternance durant le septennat de WADE et au lendemain
des élections présidentielles et législatives de 2007, montre que AND-JËF n'a pas
réussi à négocier correctement les mutations ni à relever victorieusement les défis
liés à la légalisation et surtout à l'exercice du pouvoir. La participation à l'exercice du
pouvoir a révélé nombre de comportements malsains, de déviations opportunistes et
de reniements, enfonçant ce parti dans une profonde crise d'identité et de
perspective qui risque de lui être fatale à jamais.
Pourtant, l'erreur de la gauche n'a pas été, à nos yeux, d'avoir contribué à porter
WADE à la tête du pays en 2000 et d'avoir été associée à son pouvoir : telle était en
effet, dans les conditions d'alors, la voie du changement, voulu par les masses, et
celle du déverrouillage du système PS. L'erreur fut plutôt de renoncer à son propre
projet de transformation sociale et de se diviser des le lendemain du i9 mars, laissant
WADE gouverner suivant sa seule inspiration, contrairement aux engagements
souscrits en commun, ceci, pour l'essentiel, à cause des calculs étroitement
partisans et opportunistes de ces formations de gauche. Par conséquent, elles ont
payé et continuent de payer le prix des faiblesses individuelles et collectives dont
elles ont fait preuve au lendemain de l'alternance.
Aujourd'hui, ce que la légitimité du compagnonnage en 2000 n'a pas suffi à conférer
à AND-JËF/PADS, ce n'est certainement pas un hypothétique « partenariat »
démarché et octroyé dans les conditions de la victoire de WADE en 2007, qui le lui
fera obtenir. Qui pensent ils tromper ceux qui prétendent miser sur la ruse et les
manoeuvres pour s'aligner derrière WADE en espérant le dribler et, dans la
perspective de sa succession, cueillir opportunément le pouvoir, fût-ce au prix de la
complicité, de la caution, du faire valoir et de la bouche cousue face à tous les
coups tordus contre les opposants politiques et contre la démocratie, ou devant les
agressions sociales dirigées contre les masses populaires par un Etat- Parti enfermé
dans une logique d'accaparement tous azimuts, la distribution clientéliste de
prébendes et la course effrénée vers l'enrichissement égoïste, au détriment des
intérêts du peuple et de la nation ?
En vérité, le Sénégal et les Sénégalais sont fatigués d'être les otages des opérateurs
politiques chasseurs de primes et de prébendes, et des professionnels de la politique
politicienne spécialistes de la surenchère, de la démagogie, de la politique spectacle,
de la roublardise et de la mauvaise foi. Ils ne sont pas condamnés à devoir choisir
entre le PDS et le PS: à la gauche alternative de frayer une voie crédible de
conquête du pouvoir, qui puisse motiver et mobiliser le peuple, réhabiliter la politique
en l'irriguant de ses valeurs humanistes, de son refus de soumission au
néolibéralisme et à son ordre du monde injuste, de son projet de transformation
sociale positive au service des masses. Autour de ces enjeux, deux voies, deux
lignes Se sont affrontés au sein de AND-JËF : d'un côté, une ligne d'autonomie, de
redressement- reconstruction sur la base d'une évaluation critique et sans
complaisance de nos acquis mais surtout de nos erreurs et faiblesses, pour relever
solidairement les défis et aller de l'avant ; de l'autre côté, une ligne de capitulation
devant les difficultés, d'aplatissement face au néolibéralisme ambiant et aux tenants
du pouvoir d'Etat, une ligne de renonciation à toute ambition propre pour le parti et
pour le pays, une ligne de débandade et d'enterrement final de AND-JËF et du projet
de transformation politique, économique, sociale et culturelle qu'il porte. Deux voies,
deux lignes, deux logiques: une logique alimentaire d'aplatissement, de gain
immédiat ou «jooni jooni», s'abritant derrière un pouvoir caractérisé par une volonté
d'accaparement tous azimuts, la distribution clientéliste de prébendes et la course
effrénée vers l'enrichissement égoïste, au détriment des intérêts du peuple et de la
nation ; en face, une autre conception et pratique de la politique, fondées sur
l'abnégation et l'engagement constant au service du peuple, l'éthique, les valeurs
humanistes de justice, d'équité, de solidarité et de progrès au service de l'immense
majorité des populations déshéritées des villes et des campagnes.
Forte de ces enjeux et exigences, la Coordination Nationale de YOONU ASKAN WI,
réunie le 03 Mai 2008 à Dakar, a décide de la trans-croissance de la sensibilité,
constituée le 02 février 2008 et « interdite d'existence » de façon autoritaire et
parfaitement anti-statutaire par la direction de AJ, en un puissant Mouvement
d'intervention politique, économique, sociale et culturelle pour l'autonomie populaire,
en rupture claire avec AND JEF / PADS. YOONU ASKAN WI/ La Voie de
l'Autonomie Populaire est ainsi devenu: YOONU ASKAN WI/ Mouvement pour
l'Autonomie Populaire. Il se veut un creuset qui se source aux racines profondes de
notre pays et de notre peuple. Il s'approprie les bonnes pratiques et les valeurs
positives de gauche, pour participer à la mobilisation des forces de progrès dans le
processus de construction d'une nouvelle et grande organisation porteuse
d'alternative et de ruptures au service des peuples de notre pays et de notre
continent, dans la perspective des Etats Unis Socialistes d'Afrique.
Creuset ouvert de réflexion et d'action, YOONU ASKAN WI/ MOUVEMENT POUR
L'AUTONOMIE POPULAIRE oeuvre à la réalisation de l'autonomie populaire, la
mise du peuple en capacité d'assurer, par lui-même et pour lui-même, son
émancipation et son plein épanouissement. Pour cela, il entend promouvoir, dans
les conditions actuelles de notre continent et du monde, l'appropriation critique et le
développement fécond du patrimoine politique et éthique de ANDJËF, dans ce qu'il
comporte de plus sain, de plus avancé, de plus conforme aux attentes populaires et
de plus radical, c'est-à-dire de plus profondément révolutionnaire. L'expérience de
YOONU ASKAN WI est celle d'un effort collectif visant à faire vivre l'idéologie au
coeur du mouvement réel de critique ouverte et de masse de l'opportunisme dirigeant
capitulard. Avoir assumé ce combat, cette forme de révolution culturelle, contre la
nouvelle bourgeoisie dans les partis de gauche, avant même la conquête du pouvoir
et le contrôle de l'appareil d'Etat, est en soi une oeuvre de salubrité publique
préventive de grande portée, pour aujourd'hui et pour demain.
Dans le même temps, YOONU ASKAN WI contribuera activement à la mobilisation
des forces de progrès dans le processus de construction d'une nouvelle et grande
organisation politique unitaire et de gauche, c'est-à-dire porteuse d'alternatives et de
ruptures au service du peuple, en tant que pas qualitatif et significatif sur la voie du
dépassement.
YOONU ASKAN WI / MOUVEMENT POUR L'AUTONOMIE POPULAIRE appelle
toutes les forces de la gauche alternative, patriotique et révolutionnaire à s'investir
activement dans le mouvement social et populaire ainsi que dans les combats
majeurs de notre temps à l'échelle nationale, africaine et internationale, en
s'efforçant de constituer le pôle le plus résolu de cristallisation des intérêts des
masses et d'expression des positions les plus avancées, les plus adaptées et les
plus conformes aux exigences de chaque étape de notre lutte pour la libération
nationale, l'émancipation sociale et l'épanouissement de la personne humaine.
Sous ce rapport, D.E.F.A.R, concept wolof qui signifie construire, constitue bien
l'expression concentrée de notre vision et de notre programme, articulés autour du
Développement Endogène comme finalité, du Fédéralisme Africain comme stratégie
globale, de la République démocratique et sociale comme instrument d'un leadership
nouveau.
Mais DEFAR n'est pas seulement un projet, c'est aussi une pratique, un parti pris
politique et idéologique en faveur des masses populaires : DEFAR BA MU BAAX,
ASKAN WI TEKKI. Askan wi (le peuple), concept porté et vulgarisé depuis la période
du Front Culturel Sénégalais /Làngug Caada Senegaal au milieu des années 70,
tekki conceptualisé depuis le 2ème congrès de AND-JËF de mai 1988, deux
concepts clés qui symbolisent notre raison d'être : l'émancipation et
l'épanouissement du peuple par le dénouement du noeud gordien de l'ignorance et
de la pauvreté, en passant par le nécessaire changement positif des mentalités et
comportements, pour la libération des énergies et de la créativité immenses qui
gisent au sein des larges masses de chez nous.
Contre la capitulation face au néolibéralisme dominant, aux injustices sociales et à la
barbarie qu'il charrie sous nos yeux, YOONU ASKAN WI / MOUVEMENT POUR
L'AUTONOMIE POPULAIRE exhorte tous ses membres ou sympathisants, ainsi que
tous les militants réellement de gauche, dans les partis ou hors des partis, à
s'engager de façon libre, volontaire et déterminée dans les tâches de construction
collective des bases solides de cette nouvelle alternative populaire de rupture dont
est grosse la société mondiale contemporaine, le Sénégal et l'Afrique en particulier.
Dakar, 19 juillet 2008
(Synthèse réalisée par Madièye MBODJ, porte parole national)

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site